Les placards sont vides

Horreur !!!!!! Je suis dans le speed, à fond dans mes soins, comme une machine !!! La journée a été horrible (comme souvent) et je cours dans tous les sens afin de rendre un service quasi-parfait à mes collègues de nuit. Mes soins terminés, je m’attelle à secourir ma collègue, croulant sous les prescriptions. T’inquiète Claire, je gère ton tour, ma vessie peut encore tenir !!

Mais voila: plus de perfs !!!!! Je maudit ma collègue de la veille qui n’a pas fait la commande, la pharma qui ne l’a pas préparée ou le livreur qui ne nous l’a pas montée. Je hais la terre entière !!

17h00 pile: j’ai encore de l’espoir ! Toujours en pleine action, j’appelle paniquée la pharmacie pour trouver une solution. Heureusement, après quelques secondes de discussion, le salut est trouvé, dans une armoire de secours au troisième étage. Je raccroche et je monte quatre à quatre les escaliers pour redescendre, peu après, chargée comme un mulet de mes huit kilos de cartons. Je ne me défile pas et étale sur la paillasse toute cette flotte en sachet et percute à la chaine, chlorure de sodium et kabiven… Tout s’est bien fini. J’ai perdu du temps, de l’énergie mais j’étais ravie du travail accompli et d’avoir pu profiter de cette poussée d’adrénaline. Oui, je me contente de peu !

Un jour plus tard, je renviens et suis immédiatement attrapée par mes collègues se moquant de moi. « Tu es bête, il y avait pleins de cartons au dessus de l’armoire et tu ne les à même pas vus !! ». J’avais complètement oublié cette histoire.

Ah si, je me souviens ! Ben oui mais ils n’étaient pas rangés ! Dans la précipitation, je n’ai pas le temps de m’attarder à fouiller partout ! Hé oui parce qu’à ce moment là, je n’étais pas une infirmière je vous rappelle, j’étais une machine. Mon cerveau était off.

Plus tard, j’ai appris que cette histoire avait pris une ampleur phénoménale et que le médecin, ma cadre, les aides soignantes, les préparatrices étaient au courant. C’est fou ce qu’une si petite erreur peut remuer mon petit service !

Bref, je fais par ce dessin mon méa-culpa pour avoir semé la panique dans ma clinique, simplement parce que je ne me suis pas retournée pour voir l’énorme pile de cartons qui se dressait dans mon dos.

Et vous, ça vous est déjà arrivé ?

Quelle erreur avez vous fait dans la précipitation ?

(Je partage, je cite la source – merci)

D’autres dessins d’infirmière en panique sur le site !

 

 

Laisser un commentaire